En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites.

Mail: contact@altiplanet.fr

Tel: +33 (0)6 82 37 03 37

Arête moi si tu peux au bec de l'aigle

150 m / 7b max / 6c obligatoire

Texte Dim Messina

Ce mois de mai je ne travaille pas, Simon a du temps à revendre et nous pensons tout les deux qu’il va être riche voire même très riche en varappe et autre sortie en montagne. 

FAUX !! Notre beau pays troquant son taux d’hydrométrie pour celui du Viêtnam en période de mousson, les créneaux pour la montagne deviennent conceptuels. Bravant le froid et la neige nous décidons d’aller faire un tour dans la voie de Schooby, équipée l’année dernière à la Croix des Têtes pour débuter les grandes voies en beauté. 

N’étant jamais à cour d’idées foireuses et au vu des difficultés de cette dernière pépite, nous optons pour un accès par le haut avec descente en rappel dans la voie, marquage des prises et pose des dégaines dans les deux longueurs dures. 

Une fois notre vulgaire stratégie accomplie, je m’élance pour la première longueur en 7b+ parsemée de joyeux stalactites, aussi insignifiant soient-ils par leurs tailles, nous montrant cependant à quel point nous avons un beau printemps. 45 minutes plus tard et un bon combat pour enchainer les 3⁄4 de la voie, je m’avoue vaincu et pose mon épée à terre face à cette terrible armée qu’est les saintes glaces. (Moment d’autant plus anecdotique au vu de ma situation corporelle, c’était il y’a un mois à peine et me voilà en nage, perles de sueurs roulant sous les bras et t-shirt collé aux omoplates à l’heure où j’écris ces lignes). Nous voilà donc allégés de deux magnifiques jeux de dégaines avant de trouver un autre créneau météo aussi médiocre. Fin de semaine, c’est chose faite et nous pouvons apprécier à sa juste valeur cette magnifique voie sur un calcaire parfait que nous offre Sylvain. Assez exigeant mais à coup sur mythique ! 

Je me surprend en plein racontage de vie alors que là n’est pas mon but. Pour justifier donc ce premier paragraphe, je rajouterai que c’est en redescendant de ce petit bijou que l’apparition eu lieu. Le bec de l’aigle est affectueusement apparenté à quelque chose de, comment dire : moche ? pourri ? dangereux ? J’opterai pour hostile, terme qui reprend tous ces derniers en enlevant le coté péjoratif pour le remplacer par quelque chose de mystérieux, presque anthropomorphique. C’est donc le coté « hostile » de sa face sud, qui surplombe 400m de schiste noir et vertical, qui m’avait empêché de voir tout l’intérêt qu’offrait sa face Est. Simon et son objectivité, liée à des origines plus lumineuses que celles d’un mauriennais dopé aux gaz d’échappements, me le fait remarquer et planifie donc notre ouverture. Après deux jours de travail, entrecoupés de quinze de pluie, nous voilà contents de grimper sur ce si beau et improbable calcaire dans une face au caractère certain ! 

Accés : Accès depuis Chambéry autoroute sortie St Jean de Maurienne (80km). Suivre la nationale jusqu'à St Martin La Porte(10km). Prendre la départementale en direction du village de Beaune (8km)puis bifurquer en direction du Hameau de La Planchette et après quelques kilomètres(3km) parking en terre sur votre gauche juste après une montée très raide. De là traverser le ruisseau (pont arraché) et suivre le sentier classique qui mene a pin brulé puis aux sommets de la croix des tetes. Quitter ce sentier lorsqu’il passe au bord de la crete (193Om) donnant accées à une pente herbeuse qui mene au pied du bec de l’aigle après avoir traversé un couloir d’éboulis ou il faut être vigilant aux éventuels chutes de pierres. 1h30 

Descente en rappel dans la voie 

Matos : encordement à 50m, 14 dégaines (relais sur chaines) 


L4 arete moi si tu peux

content!

topo arête moi si tu peuxRemerciements : Petzl, Rab, jegrimpe.com, OR, Asolo, Blue water 

Simon DUVERNEY   /   87 Grande Rue 38700 la Tronche   /   tel: 0033 (0)6 82 37 03 37   /   simonduverney@gmail.com